Une question ?   03 27 09 04 44

Retour aux actualités

Track­déchets : où en sommes-nous ?

(source La RPF)

Tack déchets

Alors que des applications de gestion de fluides frigorigènes existent déjà et en nombre pour les frigoristes, l’arrivée de Trackdéchets a-t-elle changé quelque chose ? état des lieux.

Track­déchets : où en sommes-nous ?

La généralisation de l’usage de la plateforme étatique Trackdéchets devient obligatoire à compter du 1er janvier 2022 pour tous les acteurs du déchet dangereux. Et les professionnels du froid ont jusqu’au mois de juillet pour se mettre aux normes sur la plateforme. Passé ce délai, il sera obligatoire d’utiliser l’application. Entretiens avec des professionnels et état des lieux de son développement pour 2022.

« Nous enregistrons une montée régulière des entreprises inscrites »
Emmanuel Flahaut, intrapreneur de Trackdéchets.

Comment s’est déroulée la pédagogie auprès des applications de gestion de déchets courant 2021 ?

Emmanuel Flahaut : Nous avons échangé durant l’année 2021 avec les fédérations, associations et professionnels du secteur. L’objectif étant de co-construire une plateforme centrée sur les usages, les besoins et les retours terrain. Il y a donc eu beaucoup d’échanges en prenant en compte les contraintes suivantes : les développements et fonctionnalités doivent respecter la réglementation, l’API pour l’interconnexion doit être simple et similaire à celles des autres Bordereaux.

Quel accueil avez-vous reçu ?

E.F. : Il y a du chaud et du froid. Globalement un accueil positif est réservé à Trackdéchets, avec les réserves de chacun en fonction des attentes respectives. Certains sont favorables à un outil de traçabilité pour pallier la fraude, mais également pour disposer d’une traçabilité complète, mettre à disposition des clients le bordereau ou encore disposer d’un registre déchet. Trackdéchets va également être disponible pour les acteurs sans outils métier de gestion de bordereaux. C’est ce qui a pu inquiéter les éditeurs de logiciels métiers qui ont émis des réserves. Pour autant leur outil est beaucoup plus complet, en règle générale, que Trackdéchets qui n’a pour vocation que la traçabilité du déchet.

L’échéance du 1er juillet 2022 est-elle maintenue pour les déchets frigorifiques ?

E.F : L’échéance du 1er juillet est maintenue, avec une période de tolérance de 6 mois. Certains utilisateurs vont sûrement attendre les dernières minutes pour s’inscrire. Cela étant, au 1er janvier 2023, les déchets de fluides frigorigènes devront absolument tous être tracés via la plateforme Trackdéchets. La période de transition a été officialisée, elle permet aux acteurs de prendre le temps requis pour se connecter, tester, communiquer et utiliser le produit. Depuis le 1er janvier 2022, les BSDD (Bordereau de suivi des déchets) et BSDA (Bordereau de suivi des déchets amiantés) sont obligatoirement tracés via Trackdéchets, avec également cette période de transition de 6 mois. Depuis un mois, nous enregistrons une montée régulière des entreprises inscrites et des bordereaux créés. Nous avons mis en place un support utilisateur disponible et nous continuerons de le maintenir pour accompagner les entreprises qui nous rejoignent. Nous nous donnons pour consigne un délai de réponse de 48 heures, même si celui-ci est actuellement proche des 24 heures.

Quid de la question des fiches d’intervention ?

E.F. : Aujourd’hui la DGPR (Direction générale de la prévention des risques) maintient la fiche d’intervention telle qu’elle est, avec l’intention de l’alléger de la partie traçabilité. Elle sera donc maintenue au format papier ou par les outils existants. La Direction a sollicité une investigation pour la dématérialisation de la FI, mais rien dans l’immédiat.

Ce sont donc les CFC, HCFC et les HFC qui seront concernés au 1er juillet ?

E.F. : Il n’y a pas de modification sur la nature des déchets de fluides à tracer avec le bordereau de déchets de fluides. Certaines entreprises ont en effet demandé d’inclure d’autres fluides dans cette traçabilité.

J’en profite pour rappeler aux professionnels du froid, que les déchets dangereux classiques et les autres fluides, doivent être tracés avec un BSDD, depuis le 1er janvier 2022 (la période de tolérance qui court jusqu’au 1er juillet permettant de s’approprier l’outil).?

Les fluides « pas négligés »

À la question « avez-vous un message à faire passer aux métiers du froid ? », Emmanuel Flahaut se veut rassurant pour les professionnels du secteur. Après que les équipes de Trackdéchets aient mis l’accent et la priorité sur les BSDD et les BSDA pour le lancement de l’application, la traçabilité des fluides via le BSFF (Bordereau de suivi des fluides frigorigènes) ne sera pas négligée. « Nous serons plus disponibles à compter de second trimestre et continuerons de répondre à vos interrogations, à vous tenir informés, et à prendre en compte les remarques justifiées des utilisateurs. On ne pourra pas répondre à toutes les demandes mais nous nous efforçons d’avoir une cohérence d’ensemble », a déclaré l’intrapreneur de l’application.

Anne-Marie Rosset, OEM & Business development - Projet digital Clim’App. Développée par le groupe Dehon, Clim’App est une application dédiée aux professionnels du froid.

Comment percevez-vous l’arrivée de Trackdéchets courant 2022 ?

Anne-Marie Rosset : L’arrivée de Trackdéchets en 2022 est un plus pour l’ensemble de la filière qui devrait permettre de simplifier la traçabilité des déchets en temps réel et d’apporter de la transparence d’un bout à l’autre de la chaîne. Mais il y a encore aujourd’hui, des points en suspens qui ne permettent pas un démarrage au 1er janvier 2022. Mettre en place une solution dématérialisée dans nos métiers s’avère complexe, mais Climalife n’a pas attendu pour intégrer à son application Clim’app la connexion à la plateforme Trackdechets. Climalife, en tant que Beta testeur, travaille pour faire évoluer les premières solutions envisagées, parfois éloignées des contraintes du terrain. Notre objectif : adapter notre application mobile Clim’app afin de pouvoir accompagner nos clients et leur simplifier leur vie au quotidien via un seul outil.

Comment comptez-vous faire cela ?

A-M.R : Notre application Clim’app conçue pour générer les Cerfa FIBSD & annexe I va également prendre le relais pour remplir automatiquement les bordereaux de suivi de Trackdéchets. Dès le début d’une intervention de récupération de fluide frigorigène, en utilisant l’application mobile Clim’app, la première étape sur la plateforme Trackdéchets se générera automatiquement. Les déplacements des contenants sont également enregistrés avec l’application mobile (par scan de code-barres et QR code), ce qui va compléter au fur et à mesure les étapes du bordereau de suivi sur Trackdéchets.

Est-ce que la mise en service change votre manière de fonctionner ?

A-M.R : Nous avons été obligés de réagir rapidement et d’adapter notre solution Clim’app. Nous permettons ainsi aux utilisateurs via l’application mobile de remplir les exigences Trackdéchets de façon transparente. Le frigoriste continue de réaliser son travail quotidien, sans avoir à se connecter à la plateforme Trackdéchets. De nouveaux termes apparaissent sur la plateforme Trackdéchets comme les BSFF ou les BSDD. Nous devons prendre en considération ces éléments. Nous faisons évoluer notre application pour permettre les déplacements de déchets qui ne sont pas des fluides frigorigènes, comme les caloporteurs par exemple. Nous permettons ainsi également la prise en charge de BSDD générés directement sur la plateforme Trackdéchets, via l’application mobile Clim’app. ?

Frédéric Rouchou Directeur commercial de F. i360°. Issue de MobilDev, société spécialisée dans le développement sur-mesure d’applications mobiles et de logiciels métiers pour les professionnels, Fi360° a été lancée en mars 2017.

Comment percevez-vous l’arrivée de Trackdéchets courant 2022 ?

Frédéric Rouchou : Nous la percevons sans difficulté majeure pour F. i360°. La traçabilité des déchets de fluides frigorigènes via la plateforme web Trackdéchets devenant obligatoire cela signifie que nous allons devoir prendre en compte ce changement dans le fonctionnement de notre application. Nous sommes en relation depuis les premières réunions avec leurs services en avril 2021 et serons prêts pour le 1er juillet 2022.

Concrètement, comment votre application et Trackdéchets vont collaborer ?

F.R : Nous allons transférer les données collectées par les utilisateurs de F.i360° et nécessaires à Trackdéchets via les API disponibles (application programming interface ou « interface de programmation d’application », ndlr). Sans rentrer dans des détails techniques, faire communiquer F.i360° et Trackdéchets ne pose pas de difficultés majeures parce que ce sont des choses que nos développeurs maîtrisent parfaitement. Nous avons déjà travaillé et réfléchi avec nos équipes sur ce dossier. La documentation API concernant le BSFF, celle qui nous intéresse, est déjà existante sur Trackdéchets et est aujourd’hui quasiment finalisée. Maintenant que nous y voyons plus clair, nous lancerons très prochainement tous les tests et vérifications de bon fonctionnement entre les deux environnements. Dès le 1er juillet 2022, l’utilisateur de F.i360° devra s’inscrire dans Trackdéchets, pour que nous transférions les données de manière digitale sans qu’il soit à aller sur le site web de Trackdéchets.

Est-ce que la mise en service change votre manière de fonctionner ?

F.R : Non. Il faut seulement en tenir compte pour que notre application F.i360° réponde correctement aux attentes. Trackdéchets est une nouvelle évolution dans la réglementation des déchets de fluides frigorigènes et il nous faut supporter financièrement des coûts de développement pour s’adapter. Nous avons imaginé l’application F.i360° en 2016 parce que nous sommes des gens du métier et qu’il fallait aider les professionnels dans leurs tâches administratives. Notre connaissance dans le domaine des fluides frigorigènes depuis de nombreuses années nous permet d’accompagner tous les utilisateurs de f.i360° quotidiennement dans le respect de ce que demande la réglementation. L’application F.i360° a contribué depuis 2017 à ce que les documents soient correctement complétés et continuera. L’arrivée de Trackdéchets va de fait impliquer des changements à commencer par la modification des documents Cerfa existants et plus précisément sur la partie intervention. Pour le moment, les arrêtés ne sont pas encore publiés mais devraient l’être sur le deuxième trimestre 2022. Nous connaîtrons alors les derniers changements qui auront un impact sur le quotidien des techniciens. Ces derniers sont en première ligne et devront être formés pour se conformer comme nous à de nouveaux documents.?

Frédéric Grevey, Chargé d’accompagnement pour les marchés publics au sein de Libel. Fondé il y a 25 ans, Libel est un éditeur d’application métiers avec une trentaine de salariés et 21 000 utilisateurs revendiqués.

Comment percevez-vous l’arrivée de Trackdéchets ?

F.G. : À titre professionnel, je perçois l’arrivée de Trackdéchets comme une surface de travail. Nous gérons les gaz dans notre logiciel, donc nous sommes actuellement en train de tout refaire pour coller au mieux aux exigences de trackDéchets. C’est une évolution obligatoire au regard de ce qu’impose TrackDéchets. Dans notre « ancienne version » : tout était automatisé pour les utilisateurs. Aujourd’hui nous devons reprendre à zéro le système de gestion des fluides, ce qui nécessite des mois de travail et développement.

Avez-vous tenté de rentrer en contact avec les équipes de Trackdéchets ?

F.G. : C’est prévu ! Mais nous n’avons pas été en contact courant 2021 avec les équipes de Trackdéchets. J’ai découvert son existence en fin d’année et depuis mi-décembre nos équipes sprintent pour terminer la mise en service en début d’année. Ce qui va être compliqué c’est de reprendre l’historique du suivi des fluides dans notre application pour la gérer avec trackdéchets. Comment fusionner l’existant et l’historique de nos anciens clients avec cette nouvelle interface ? Pour le moment l’obligation pour Libel vis-à-vis de TrackDéchets se trouve au 1er juillet 2022, nous avons encore un peu de temps. Il y aura des phases de tests avec nos clients qui pourront aller de plusieurs semaines à plusieurs mois selon les disponibilités. ?

Jean-Louis Puyssegur, Directeur technique MobySolve.4U. C’Fluides est une application éditée par MobySolve.4U.

Comment percevez-vous l’arrivée de Trackdéchets courant 2022 ?

Jean-Louis Puyssegur : Nous la voyons comme une opportunité d’amener du service à nos clients et utilisateurs d’une démarche pas ou peu comprise. Aujourd’hui le déchet est géré via notre application avec du suivi. En se connectant avec Trackdéchets nous serons dans la continuité du service.

Êtes-vous en contact avec les équipes de Trackdéchets ?

J.-L.P. : Nous sommes en relation avec les équipes de Trackdéchets depuis avril 2021 pour découvrir leur vision d’interconnexion avec les éditeurs externes comme nous. Le principe sera celui d’un service API documentée, donc pour nous il n’y a pas grand-chose de nouveau. La seule remarque porte sur les multiples changements pour Trackdéchets suite aux différents retours de la profession. Nous nous adaptons seulement à ce qu’ils produisent. À savoir, une documentation sur leur API que nous devons prendre en compte. Mais ces changements ne sont pas encore achevés car à la mi-décembre, Trackdéchets produisaient toujours des changements.

Est-ce que la mise en service change votre manière de fonctionner ?

J.-L.P. : Nous sommes partis du principe qu’il s’agit d’une nouvelle offre pour nos clients. Ces derniers peuvent choisir l’option du connecteur Trackdéchets dans l’application C’Fluide ou bien directement sur le portail dédié du service. Mais le deuxième choix relève de la double saisie et ainsi d’une perte de temps. L’arrivée du service relève donc de l’évolution pour notre service C’Fluide et nous allons les suivre à l’avenir au fil des retours des utilisateurs.

Databilan : Cemafroid propose une connexion automatique

Pour faciliter l’utilisation de Trackdéchets, le Cemafroid a annoncé la connexion automatique entre sa plateforme Databilan et celle du Ministère de la transition écologique. Le but : éviter aux opérateurs de ressaisir les informations, déjà disponibles dans Databilan. Mais aussi de récupérer automatiquement l’accusé de réception de la remise d’une bouteille de fluide usagé par chaque acteur de la filière de retraitement des fluides (transporteur, usine de traitement ou distributeur) et de l’archiver. Les équipes du Cemafroid assurent une tâche « facilitée » aux équipes administratives et aux techniciens sur le terrain, leur permettant de saisir les documents de travail même hors connexion.

 

Fiches techniques, de sécurité, exemples d'utilisation ...